À chaque passage, la raboteuse retire un peu plus de ce qui était, il y a quelques temps encore, une bande d’arrêt d’urgence (BAU).Au total, ce sont 24 centimètres de bitume qui sont enlevés. Cette opération fait partie de la première phase des travaux de réalisation du nouveau pont de la Rivière des Galets.
Ces travaux nocturnes entraînent des légères perturbations. Pour aller vers Saint-Denis ou Saint-Paul, les automobilistes sont obligés d’emprunter les bretelles d’entrée et de sortie du giratoire du Sacré Coeur.

Des fermetures nécessaires ; elles doivent permettre de créer les accès au futur chantier.
« Il y a utilité de faire cette troisième voie, afin de pouvoir déporter les usagers du côté droit de la chaussée. Et aménager un accès pour le chantier qui se trouve sur la bande du côté gauche de la chaussée », explique Richard Sawa, directeur de projet.
Ces premiers aménagements vont durer jusqu’à mi-avril. Ensuite, sur cette portion de route, les usagers vont devoir prendre l’habitude de rouler moins vite, en raison de la réduction des voies, comme le précise Thomas Kavaj, chef de service ETN-Nord (Région Réunion).

« Après, nous allons remettre en circulation, tous les matins, la route nationale 1, à deux fois deux voies, comme c’est le cas habituellement. Mais, compte tenu de la réalisation du chantier, on va réduire la largeur des voies, et réduire la vitesse à 70 km/h. Cette limitation va durer plus ou moins toute la durée du chantier, dans la mesure où on doit garder des voies d’accès aux plates-formes, pendant la totalité des opérations ».

Nous serons alors en 2020. Le chantier de ce pont de la Rivière des Galets est évalué à 80 millions d’euros.